Une R5 électrique et beaucoup d’autres nouveautés : le plan de Renault pour remonter la pente

Le 14 janvier dernier, Renault a dévoilé son R5 électrique ainsi que sa stratégie pour devenir plus compétitive sur le marché futur de l’automobile. Avec cette nouvelle feuille de route, plus d’une vingtaine de nouveaux véhicules sont attendus dans les 5 prochaines années. 

Une R5 électrique pour commencer

Parmi les nouveautés promises par Renault, une R5 qui sera un modèle électrique est attendue. Le prototype a été dévoilé à la presse le jeudi 14 janvier dernier. Cette vedette des années 70 sera transformée en une « voiture électrique à un prix accessible à tous » a notamment déclaré Luca De Meo, PDG du Groupe. Sa sortie est prévue avant 2025.

Que l’on se rassure, d’ici là, le constructeur ne va pas se tourner les pouces. Il envisage en effet de devenir « leader dans l’électrification », et pour ce faire, il ne compte pas lésiner sur les moyens. Il prévoit ainsi de se doter d’un « électro pôle » qui, selon M. De Meo, sera « la plus grande usine de véhicules électriques » en Europe. Celle-ci pourrait voir le jour dans le nord de la France. C’est de là que sortirait alors la R5 électrique promise par le constructeur.

À noter que grâce à sa R5 électrique, mais aussi de nombreuses autres nouveautés, Renault espère augmenter ses marges. Comme beaucoup d’autres, à cause de la crise sanitaire, le constructeur français a en effet eu une année assez difficile. En redéfinissant sa stratégie, il vise ainsi une marge opérationnelle de 3% d’ici à 2023. Et encore mieux, de 5% d’ici 2025. Pour y parvenir, il compte miser notamment sur Dacia et Lada qui lanceront 7 modèles d’ici à 2025. Parmi eux, figurera un SUV de chez Dacia, appelé « Bigster ».

Une production rationalisée

Une rationalisation de la production est également prévue chez Renault. En s’appuyant sur sa collaboration avec Nissan et Mitsubishi, il va ainsi passer de 8 à 4 familles de moteurs (de 45 à 400 chevaux), et de 6 à 3 plateformes. En outre, il favorisera dorénavant la valeur plutôt que le volume. De ce fait, seuls 3,1 millions de véhicules seront produits en 2025. En ce qui concerne les marchés, il faut enfin savoir que le constructeur se concentrera désormais sur ceux à fortes marges. L’Amérique latine, l’Inde et la Corée seront donc priorisées. La présence du Groupe en Espagne, au Maroc et en Roumanie sera aussi renforcée, tout comme en Turquie, et en Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.