Coronavirus : il en fait voir de toutes les couleurs à la filière automobile

Aujourd’hui, à cause de la crise du Coronavirus, la filière automobile est mise à mal. Résultat : cette année, le marché pourrait chuter de plus de 20 %… C’est ce qui est ressorti d’une étude sur les conséquences probables de la crise sanitaire mondiale due au Covid-19 sur l’industrie automobile 2020. (Etude publiée par le cabinet de conseil américain AlixPartners, le 24 mars dernier)…

Avenir de la filière automobile : 3 scénarios envisagés

Selon les experts d’AlixPartners, 3 scénarios seraient donc possibles en ce qui concerne l’avenir du secteur automobile. Dans le premier, celui-ci pourrait connaître «une reprise rapide ». Dans le second, il connaîtrait « un déclin global » ; et dans le troisième, il pourrait faire face à « une récession globale ». Dans tous les cas, des baisses annuelles des ventes mondiales auraient lieu. Celles-ci pourraient alors être de l’ordre de 8 % à 12 %, avec un rebond en fin d’année dans le cas du premier scénario. Si c’est le second qui venait à se produire, ce serait une réduction de 14 % à 18 % du marché qui se produirait. Dans le pire des cas, cette année, le marché serait sujet à une diminution de l’activité de 20 % à 25 % (troisième scénario dans lequel, la crise perdurerait)…

Que se passe-t-il actuellement ?

Ainsi, pour la filière automobile, il se pourrait que l’avenir soit des plus sombres… Mais qu’en est-il de la situation actuelle ? Eh bien, actuellement, il faut savoir que les conséquences de cette crise sont déjà catastrophiques. De nombreux constructeurs occidentaux en pâtissent, mais aussi des équipementiers. C’est le cas notamment de Renault et de PSA, touchés, dès le début de la crise en Chine. Pour ce qui est de PSA, le constructeur a notamment dû fermé tous ses sites de production en France. En ce qui concerne Renault, ce sont 4 de ses usines qui ont récemment été mises à l’arrêt en Espagne

A noter que ces fermetures ont été décidées suite aux problèmes sanitaires, touchant actuellement la planète. Toutefois, des difficultés d’approvisionnement en pièces détachées ont aussi été évoquées. Quoi qu’il en soit, suite à ces décisions, chez Renault, ce sont plus 9.000 personnes qui ont dû cesser de travailler. Chose qui conduira alors, très certainement, à la fermeture d’autres sites, dans d’autres pays. Il faut en effet savoir que certaines des usines ayant été fermées produisaient par exemple des moteurs destinés à équiper des véhicules, assemblés en dehors du continent.

Aujourd’hui, par effet domino, c’est donc un grand nombre d’entreprises qui ont dû stopper leurs activités. Parmi elles : beaucoup de sociétés sous-traitantes, dont, la majorité sont des PME. Dans les jours à venir, nul doute que de nombreuses autres entreprises fermeront leurs portes. Effectivement, chez Fiat Chrysler Automobile par exemple, il a déjà été annoncé que bon nombre d’usines allaient fermer, notamment en Italie. Chez Michelin, des fermetures ont également été programmées, aussi bien dans la Péninsule qu’en Espagne et en France.

Le sport automobile, une autre victime du Coronavirus

Hélas, le sport automobile fait lui aussi partie des nombreuses victimes des conséquences de la crise du Coronavirus. Dans ce domaine, il faudra ainsi retenir qu’à cause de la situation actuelle, le championnat de Formule E a été suspendu. Pour ce qui est des 24 Heures du Mans, il faudra attendre les 19 et 20 septembre prochain. En F1, le Grand Prix d’Australie a été annulé. Autre mauvaise nouvelle : le Championnat de France FFSA GT, ne débutera qu’au mois de juillet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.