Catalyseur et filtre à particules : les différences entre ces deux pièces

Aujourd’hui, nous allons vous parler des différences entre catalyseur et filtre à particules. En effet, bien que ces pièces soient toutes les deux destinées à la dépollution, elles ont chacune des spécificités qu’il convient de connaître.

Le catalyseur

Situé sous votre voiture, plus précisément au niveau de la ligne d’échappement, le catalyseur auto est en fait une pièce composée d’une coque cylindrique en acier inoxydable, dans laquelle se trouve une sorte de filtre en céramique, aussi appelée nid d’abeille. Si vous vous demandez pourquoi ce nom, eh bien, sachez que c’est parce que ce filtre possède des micros alvéoles. Ainsi, il peut filtrer les gaz, et réduire leur nocivité, avant que ceux-ci ne soient évacués par le pot d’échappement.

Attention : il faut savoir qu’un catalyseur n’élimine pas les gaz polluants et nocifs. Effectivement, celui-ci a pour rôle de les transformer. Plus précisément, grâce à cette pièce, le monoxyde de carbone est transformé en dioxyde de carbone. L’oxyde d’azote, lui, devient du dioxyde de carbone et du diazote. Pour ce qui est des hydrocarbures non brûlés, ceux-ci sont transformés en vapeur d’eau et en dioxyde de carbone.

Comment ça marche ?

Rassurez-vous, il n’y a rien de magique dans tout cela. En effet, ces transformations sont le résultat de réactions chimiques qui se produisent grâce à la chaleur du moteur et lorsque les gaz entrent en contact avec le catalyseur dont les parois sont recouvertes de fines couches de métaux précieux (platine, rhodium et palladium). A noter alors qu’elles ne peuvent se produire que lorsque la température des gaz atteint les 400°C ; raison pour laquelle le catalyseur est toujours placé au plus près du moteur.

Bon à savoir :

C’est dans les années 1970 que le catalyseur a été créé. A partir de 1993, pour répondre à la norme EURO 1, il a été rendu obligatoire sur les véhicules en Europe. Aujourd’hui, il existe deux grands types de catalyseur à savoir : le catalyseur à trois voies et le catalyseur à deux voies. Le premier est spécialement conçu pour les moteurs à essences. Le second est pour sa part destiné aux moteurs diesel où, il peut être, ou pas, associé à un filtre à particules.

Le filtre à particules

Concernant cette pièce, elle se situe, elle aussi, au niveau de la ligne d’échappement. Placée après le catalyseur, elle est également de forme cylindrique. Attention toutefois car son fonctionnement est différent de celui du pot catalytique. Effectivement, comme son l’indique, son rôle est de filtrer. Plus précisément, cette pièce sert à collecter les particules fines et à les enflammer, afin de les détruire. Ainsi, elle permet, elle aussi, de réduire les émissions polluantes ; raison pour laquelle elle s’est généralisée à partir de 2005, sur les véhicules diesel et a été rendue obligatoire en France, depuis le 1er janvier 2011, sur tous les moteurs diesel neufs.

Le fonctionnement d’un FAP

En fait, le fonctionnement d’un filtre à particule est assez simple. Effectivement, celui-ci ne fait que capturer et retenir les particules pour ensuite les utiliser comme renforts afin de gagner en efficacité de filtration. Lorsqu’une certaine limite est atteinte, il se débarrasse alors de la suie formée par l’accumulation des particules, en provoquant son oxydation, grâce à une injection de carburant effectuée après une élévation de la température des gaz d’échappement. C’est ce qu’on appelle la régénération. Il s’agit en fait d’une sorte de nettoyage qui permettra par la suite au filtre de recommencer à capturer des particules et ainsi de suite…  

Bon à savoir :

Avec certains modèles de filtres, pour un fonctionnent optimal, il est nécessaire d’ajouter un additif catalyseur au carburant. Si cela doit se faire, c’est afin de pouvoir abaisser la température de combustion des suies. Effectivement, une température de combustion moins élevée permet de faciliter la régénération d’un FAP. Une découverte qu’on doit au groupe PSA… Parlant justement de PSA, sachez aussi qu’il fut le premier à avoir proposé une voiture de série équipée d’un FAP. C’était en 2000, et il s’agissait de la Peugeot 607, animée alors par un moteur 2.2 HDI.

Différences entre catalyseur et filtre à particules : ce qu’il faut retenir

En résumé, retenez que le catalyseur permet de limiter l’émission de certaines particules toxiques dans l’air en les transformant grâce à des réactions chimiques. Pour ce qui est du FAP, il permet d’éliminer d’autres particules fines (composées bien souvent de carbone) via une combustion. Sachez sinon, qu’un catalyseur doit d’être remplacé tous les 100.000 à 120 000 kilomètres environ, tandis qu’un filtre à particules, lui, est prévu pour toute la durée de vie du véhicule. Toutefois, cela reste théorique. Effectivement, dans la pratique, il est recommandé de procéder au remplacement de cette pièce au moins 1 fois.

Petits conseils pour terminer :

Si votre FAP est endommagé, n’attendez pas pour le remplacer. Si on vous propose de tout simplement de le supprimer, refusez. En effet, sachez que sans FAP, vous ne passerez pas le contrôle technique. Qui plus est, vous pourrez vous exposer à amende qui pourra aller jusqu’à 7.500 €. Même chose en ce qui concerne le catalyseur. Eh oui, l’article L. 318-3 du Code de la route est très clair à ce sujet : “Est puni d’une amende de 7.500 € le fait de réaliser ou de faire réaliser sur un véhicule des transformations ayant pour effet de supprimer un dispositif de maîtrise de la pollution…”. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.