Contrôle technique : à partir du 1er juillet, il pourrait coûter cher aux propriétaires de diesel

Le mouvement des Gilets Jaunes n’aura fait que retarder ce que le gouvernement voulait inévitable. Le 1er juillet, la réforme du contrôle technique qui avait été repoussée de 6 mois finira par entrer en vigueur. Les véhicules ciblés en priorité par cette réforme sont les véhicules diesels les plus anciens. Pour les populations les plus fragiles financièrement, c’est une mauvaise nouvelle.

Comment ce nouveau contrôle technique risque-t-il de peser sur les finances des ménages ?

Il y a un an, le prix du contrôle technique avait déjà grimpé de 12 % et atteint en moyenne 78 € selon les régions les villes et les régions. Cette augmentation était due à l’arrivée de neuf points de contrôle supplémentaires. Les professionnels du contrôle technique n’ont pas annoncé prévoir une augmentation du service suite à la nouvelle réglementation du 1er juillet. Néanmoins, il risque tout de même de peser lourd dans les finances de certains ménages.

 

Effectivement, beaucoup de ménages en difficulté, parfois interdits bancaires, ne peuvent pas se payer de nouvelle voiture. Résultat, ils roulent dans de vieux diesels polluants, mais le nouveau contrôle technique les forcera à payer certaines améliorations antipollution et à faire des contre-visites coûteuses. Certains ménages vont sans doute alors préférer se tourner vers un crédit interdit bancaire pour acheter une nouvelle voiture plutôt que d’assumer ces coûts importants.

Les objectifs du gouvernement

Avec une telle réforme du contrôle technique, le nombre de véhicules diesel qui ne sont pas aux normes et toujours en circulation devrait passer de 1 % à 5 %. L’objectif de l’État est alors de les retirer le plus rapidement du parc automobile et la réforme du contrôle technique semble être une bonne solution puisqu’elle poussera les particuliers à mettre leurs véhicules aux normes ou à en changer.

 

Néanmoins, il est également assez clair que les intentions de l’État penchent vers la solution du renouvellement du parc automobile. Une telle décision de réforme poussera davantage les particuliers à changer de voiture qu’à effectuer des réparations et des améliorations sur une voiture très vieille. Cela devrait alors porter le marché de l’automobile et des crédits.

Une fausse bonne solution ?

Si en apparence la réforme du contrôle technique ressemble à une bonne décision, certains remettent en cause ses bienfaits et les raisons d’une telle décision. Effectivement, il est possible de se demander si l’État n’a pas d’abord pensé à la santé financière des grands groupes industriels de l’automobile avant de penser à celle des ménages.

 

Ensuite, aussi polluante que soit une vieille voiture, la fabrication d’une nouvelle voiture représente aussi beaucoup de pollution, surtout si elle est électrique. En plus, une part importante de la pollution aux particules fines est due aux molécules qui s’échappent des pneus et des freins à chaque trajet. Poursuivre les vieux diesels ne réglera donc pas vraiment le problème apparemment.

Un commentaire à propos de “Contrôle technique : à partir du 1er juillet, il pourrait coûter cher aux propriétaires de diesel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.