Transports doux: un bon moyen de participer à la mobilité urbaine durable

Tous les jours, beaucoup d’entre nous vont au travail en voiture. Effectivement, pour certains, pas le choix, étant donné la distance séparant le domicile du bureau. Pourtant, parfois on se sent coupable. Eh oui, on culpabilise en se disant que bien malgré nous, à cause de cette habitude, on contribue à la pollution atmosphérique, à l’engorgement des voies de circulation ou encore au réchauffement climatique. De temps à autre, on se demande alors ce qu’on pourrait faire ? Et malheureusement, on se dit souvent que face à pareille problématique, il n’y a rien de vraiment pertinent que nous puissions réaliser. Toutefois, si comme nous, vous souhaitez vraiment agir, sachez que cela est parfaitement possible. Pour contribuer un tant soit peu à changer les choses, nous pouvons par exemple opter un peu plus souvent pour les transports doux… En d’autres termes, adopter la mobilité urbaine durable.

Les transports doux, qu’est-ce que c’est exactement ?

Aujourd’hui, le monde a bien compris que la pollution atmosphérique, (l’une des causes du réchauffement climatique et de nombreux problèmes de santé) était un véritable fléau. Aussi, pour tenter de la réduire, ces dernières années, diverses solutions et mesures ont été proposées. Parmi elles, on peut par exemple citer les actions menées par les autorités pour inciter le plus grand nombre à davantage utiliser les transports en commun. On peut aussi parler des aides proposées par le gouvernement pour faciliter l’achat d’un véhicule électrique. Il y a aussi eu (et il y a encore) ces actions menées par l’Etat, ainsi que diverses associations, pour nous sensibiliser, nous informer et nous pousser à nous mettre à la marche, au vélo ou à la trottinette… Bref, on peut dire que ces derniers temps, de nombreuses choses ont été faites, notamment pour nous pousser à repenser nos déplacements…

Mais pour quoi nous encourager à marcher, ou faire usage d’un vélo ? Eh bien, la réponse est simple. C’est parce qu’il s’agit de modes de déplacement non ou peu polluants, ce qui n’est autre que la définition de « transports doux ». En fait, ce terme désigne les modes de déplacements dont la propulsion ne requiert pas de moteur. Parmi les transports doux, à part le vélo, la marche et la trottinette, on peut ainsi citer les rollers, les skateboards ou encore les gyropodes. En somme, il s’agit de ces moyens de déplacements n’émettant aucun gaz à effet de serre et qui, de ce fait, s’inscrivent dans une politique de mobilité urbaine durable et respectueuse de l’environnement.

Utiliser les transports doux : de nombreux avantages à la clé

D’ailleurs, il est à noter que de nos jours, les transports doux sont de plus en plus plébiscités. Mais pour quelles raisons ? Eh bien, tout simplement parce qu’en plus de ne pas polluer, ils permettent à leurs usagers de jouir de plusieurs avantages. Ceux-ci sont alors perceptibles, tant au niveau financier que sanitaire. Effectivement, il a mainte fois été démonté que choisir de se rendre au bureau à pied ou à vélo, par exemple, était bon pour notre budget. Pour cause, marcher, cela ne coûte rien. Pour ce qui est d’acheter une bicyclette ou une trottinette, cela n’a jamais ruiné personne. En outre, il s’agira toujours d’un bon investissement. En effet, avec un vélo par exemple, plus besoin de payer pour du carburant. Fini également les frais de stationnement…

Ainsi, il faut retenir qu’en adoptant la mobilité urbaine durable, nous aurons la possibilité de faire quelques économies. Cela sera aussi un excellent moyen de nous maintenir en forme. Par ailleurs, n’oublions pas que transports doux ont été reconnus comme un très bon moyen d’éviter le stress. Qui plus est, ils auront l’avantage d’être plus rapides, surtout lorsqu’il s’agira de les utiliser en ville et sur de courtes distances. Bref, on peut dire que les transports doux ont tout bon. Pour vous en convaincre, n’hésitez surtout pas à lire les différentes études et rapports, à l’instar de ceux publiés par l’ADEME.

Mobilité urbaine durable : Comment participer ?

Si vous aussi, vous avez envie d’opter pour une mobilité urbaine durable, alors, pour finir, voici quelques conseils sur comment vous y prendre.

Quand cela est possible : pensez à utiliser un vélo ou une trottinette à la place de votre voiture

Pour se déplacer en ville rapidement et sans polluer, rien de tel que le vélo ou la trottinette. En effet, si vous résidez à moins de 6 km de votre bureau, à vélo, il ne vous faudra en moyenne que 30 mn pour faire le trajet. Qui plus est, une fois à destination, vous n’aurez plus besoin de vous embêter à chercher une place de parking. En ville, garer un vélo ou une trottinette est en effet facile. En outre n’oubliez pas qu’une trottinette pourra être pliée. Même chose pour certains modèles de vélos. Ainsi, vous pourrez aisément les ranger (au bureau ou à la maison), et les emporter avec vous si vous devez prendre les transports en commun. Bref, ces moyens de transport vous faciliteront largement la vie. Essayez, et vous nous en direz des nouvelles.

En plus du vélo et de la trottinette, pensez également au skateboard ou aux rollers. Si vous savez en faire, vous verrez, ils seront les moyens de transport durable les plus facile à transporter. Il n’y aura en effet qu’à prendre votre skate sous le bras ou à ranger vos rollers dans un sac à dos une fois arrivé à bon port. Par ailleurs, retenez que tous ces moyens de déplacements ne nécessiteront que très peu d’entretien. Ils seront en outre accessibles à tous les budgets. N’hésitez donc pas à investir dans l’un de ces modes de transports doux. Vous vous en rendrez compte assez rapidement : cela vous fera le plus grand bien.

Un commentaire à propos de “Transports doux: un bon moyen de participer à la mobilité urbaine durable

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.