Radars incendiés : les dégradations se multiplient

En Bretagne, près d’une quarantaine de radars ont été dégradés en quelques jours. Dans la nuit du 9 au 10 novembre à elle seule, ce sont 5 radars qui ont subi les attaques de français « en colère ». L’écotaxe, mais plus généralement la fiscalité, déclenche la fronde. Pourtant, et pour rappel, l’écotaxe a été suspendue. Mieux, le gouvernement à indiqué lancer des négociations ouvertes suite aux différentes manifestations. Les « anti éco-taxe » ont donc gagné, mais pourquoi es radars se font-ils encore dégrader ?

radars-detruits-en-bretagne-bonnet-rouge

Le mouvement anti éco-taxe et les dégradations sur les radars sont-elles liées ? Les sabotages de ces dispositifs (que l’on voit toujours depuis 10 ans, mais dans des proportions moindres), ne sont-elles pas opportunistes ? Alors que certains se sont revendiqués être des « bonnets rouges » après avoir sifflé le Président de la République lors des commémorations du 11 novembre, c’est un mouvement assez similaire que l’on semble observer ici. Des « bonnets rouges » brûlent des radars, au motif qu’ils sont contre la pression fiscale du gouvernement. La dégradation d’un radar est passible de prison. En effet, selon l’article 322-2 du codé pénal, le risque encouru si vous dégradez un radar est de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.