Peugeot 404 Cabriolet : Difficile de l’oublier

En 1961, au Salon de Paris, Peugeot nous présentait un magnifique cabriolet. L’on parle bien sûr de la fameuse Peugeot 404 Cabriolet : un véhicule difficile à oublier et ce, malgré les années.

Les débuts de la Peugeot 404 Cabriolet

Après le succès de la 403 Cabriolet, Peugeot pris la décision de lancer un nouveau véhicule sur le marché. Son but était alors d’offrir à la clientèle une voiture à la fois ludique et originale. Au salon de Paris de 1961, apparu ainsi la Peugeot 404 cabriolet.

A sa première apparition, celle-ci fit indéniablement des émules. En effet, ce modèle, dessiné et assemblé par Pininfarina, avait tout pour plaire. Élégante et raffinée, celle-ci était également très bien proportionnée. En ce temps, il fallait le reconnaître, elle était toute aussi séduisante qu’une Fiat 1200 ou 1500 Spider. Si esthétiquement parlant, la berline 404 pouvait donc être considérée comme aussi austère que la 403, en ce qui concernait la 404 Cabriolet, cela fut véritablement une toute histoire. Sur ce coup, Peugeot avait réussi à marquer de bons points. La marque avait atteint son but en donnant naissance à ce modèle à la qualité et aux finitions des plus soignées.

La carrière de la Peugeot 404 cabriolet, débuta ainsi de la meilleure manière qui soit. Elle fut avant tout appréciée pour originalité. Offrant 4 places, elle fit également craquer de par son très bon niveau de confort et ses performances. Effectivement, le modèle fut à l’époque proposé avec un moteur 1600 carburateur de 72 chevaux. On pouvait aussi la choisir avec un moteur à injection de 82 chevaux (une première sur une voiture française). Qui plus est, après 1965, un moteur de 76 chevaux (Carburateur) et autre de 82 chevaux (injection) firent leur apparition. La Peugeot 404 Cabriolet pouvait ainsi permettre une conduite assez sportive, avec une vitesse maximale avoisinant les 170 km/h pour la version injection.

Une version Coupé beaucoup moins intéressante

Forte du succès connu par son nouveau Cabriolet, Peugeot décida par la suite lancer une variante de ce dernier. Fut alors présentée au Salon de Paris de 1962 la 404 Coupé. Pour sa part, il s’agissait d’une variante fermée, réputée pour sa meilleure habitabilité. Cependant, comparée au Cabriolet, celle-ci aura beaucoup perdu en style et élégance. Bien que proposée avec les mêmes motorisations, les deux modèles ne connaitront ainsi jamais le même succès. Le léger lifting qui leur a été apporté en 1963 avec notamment l’arrivée de nouveaux enjoliveurs de roues n’y aura d’ailleurs rien changé. Malgré son prix assez élevé (le double de celui de la 404 Berline), le Cabriolet est resté le préféré du publique. Si une chose est sûre, c’est qu’il aura fait bien des heureux avant que ne survienne la fin de sa production en 1968.

A noter que l’ajout de la paire de feux longue-portée incrustée à la calandre des deux modèles date de 1966. Cette nouveauté s’est accompagnée de l’arrivée d’une nouvelle console d’instruments et des trois cadrans ronds du tableau de bord : les seules véritables modifications apportées à ces 404 spéciales avant qu’elles ne cèdent leur place aux 504 Cabriolet et Coupé.

Une 404 Cabriolet de nos jours ?

De nos jours, nombreux sont ceux qui gardent ainsi en souvenir cette fameuse Peugeot 404 Cabriolet. Même aujourd’hui, cette voiture marginale et plutôt rare (10 388 exemplaire seulement) continue de susciter la convoitise. En effet, elle peut être considérée comme l’un des plus beaux exemples du savoir-faire des carrossiers italiens de l’époque. Ne vous étonnez donc pas si pour pouvoir en acquérir une, il faudra encore débourser une certaine somme (parfois plus de 15.000 euros). La beauté, la qualité de fabrication et l’originalité auront effectivement toujours un prix. Rassurez-vous toutefois, si vous êtes à la recherche d’une voiture ayant du charme, alliant à la fois motorisation agréable, confort et économie d’usage, la Peugeot 404 Cabriolet en vaut réellement peine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.