Mercedes EQC : Plus d’infos à son sujet !

Aujourd’hui, on vous en dit plus sur le Mercedes EQC : premier modèle de la gamme complète de véhicules électriques que la marque à l’étoile va développer sous le label EQ.

Le Mercedes EQC : Un crossover de la taille d’une Classe C

Pour commencer, sachez qu’en termes de gabarit, ce Mercedes EQC est proche d’une Classe C. C’est pourquoi, il adopte le suffixe « C ». Ses dimensions précises sont les suivantes : 4,73 m de long, 1,88 m de large pour 1,62 m de haut. Pour ce qui est de ses lignes, elles sont fluides et assez proches de celles du concept EQ (dévoilé à Paris en 2016). Toutefois, au niveau de ses formes on peut dire que celles-ci ne sont pas vraiment très originales. Pour cause, elles ne sont pas sans rappeler celles du GLC. N’empêche, la silhouette de ce Mercedes EQC est tout de même sobre et élégante.

Bien que ses formes soient loin d’être inédites, on peut néanmoins dire que ce modèle a de quoi se démarquer. En effet, au niveau des optiques par exemple, on peut voir que celles-ci sont reliées par un bandeau noir qui souligne la calandre. Cela donne alors l’impression qu’elles ne forment qu’un seul bloc, ce qui n’est pas pour déplaire. La signature lumineuse de cet EQC, (reposant sur la fibre optique) est aussi un détail inédit. Pour cause, l’étoile au centre de sa face avant et le jonc présent au niveau de la largeur supérieure de sa calandre peuvent s’éclairer. La face avant de ce Mercedes EQC constitue ainsi sa principale originalité. Grâce à elle, on oublie quelque peu les similitudes de formes avec le GLC.

>> A LIRE: Mercedes GLE 2019 : Quelques infos sur cette 4ème génération

Un intérieur à l’évolution raisonnée

Pour ce qui est de l’intérieur de ce Mercedes EQC, là aussi, on reste sur quelque chose de sobre mais plutôt classe. On y découvre en effet une réinterprétation de la grande dalle numérique déjà vue sur plusieurs modèles de la marque. Au niveau de la console centrale, des boutons sont toujours présents. Toutefois, il est à noter que cette dernière est plus orientée côté conducteur. Dans cet habitacle à l’apparence simplifiée, on découvre en outre des buses d’aération d’une nouvelle forme. Fini les turbines d’avion : Ici, les buses ont désormais un dessin en forme de cartes de circuits imprimés. Elles sont alors de couleur or rose : une teinte qu’on retrouvera aussi sur les premiers niveaux de l’indicateur de puissance. Le cadrant ne devient alors blanc que lorsque les moteurs électriques sont sollicités au maximum. Et en mode recharge, l’affichage devient bleu.

Au niveau de la planche de bord, on remarquera sinon qu’un nouveau traitement de surface a été apporté. Cette dernière a ainsi été annoncée comme étant très soyeuse au toucher. Concernant les tissus de sièges de ce Mercedes EQC, ceux-ci ont été obtenus à partir de matériaux recyclés. Eh oui, même à l’intérieur, ce modèle est respectueux de l’environnement. Dommage cependant que l’habitabilité aux places arrière, elle, ne soit pas vraiment respectueuse des passagers. En effet, malgré un empattement de 2.873 mm, les gros gabarits auront surement du mal à se sentir à l’aise à l’arrière du véhicule. La faute notamment au tunnel central, eh oui, il y en a un. Celui-ci viendra à coup sûr gâcher le confort du passager du milieu.

Plus de 400 chevaux grâce à 2 moteurs électriques

Niveau motorisation, ce Mercedes EQC est équipé de 2 moteurs électriques asynchrones. Il y en a un par essieu et ceux-ci développent jusqu’à 300 kW de puissance, soit 408 chevaux. A noter alors que les ingénieurs ont pensé à plusieurs modes de fonctionnement des deux moteurs. Ainsi, en milieu urbain ou sur autoroute, à faible vitesse ou à vitesse constante, le véhicule pourra être une traction, en ne faisant usage que de son moteur avant. Dans d’autres cas, il pourra devenir une propulsion (seul le moteur arrière fonctionne). Et si on le souhaite, il pourra aussi être une 4 roues motrices en transférant la puissance et le couple à la fois sur l’essieu arrière et avant. Le couple lui est sinon de 765 Nm, de quoi permettre à l’engin de réaliser le 0 à 100 km/h en seulement 5,1 secondes et d’avoir une vitesse de pointe de 180 km/h.

Seulement 180km/h ?… Eh oui, la vitesse de pointe a été bridée afin de pouvoir préserver l’autonomie des batteries. Et parlant justement d’autonomie, celle de ce Mercedes EQC a été annoncée à 450 km selon la norme NEDC. Cela a été rendu possible grâce à l’usage de batteries lithium-ion. Composées de 364 cellules et pesant 650 kg ces dernières sont rangées sous le plancher. Ainsi elles contribuent à abaisser le centre de gravité de la voiture. A noter en outre que la capacité utile de batterie de cet EQC est de 80 kWh. Pour ce qui est de sa consommation, elle serait de 22,2 kWh/100 km.

Pour optimiser l’autonomie, il faut également savoir que ce Mercedes EQC a été doté de plusieurs équipements. Ainsi, il dispose par exemple d’une pompe à chaleur et d’une fonction de pré-climatisation permettant de programmer à l’avance la température souhaitée dans l’habitacle pour limiter la consommation.

Commercialisation et prix de ce Mercedes EQC

Pour finir, sachez que les premières livraisons de ce Mercedes EQC devraient débuter à la mi-2019. Malheureusement, pour ce qui est des prix, pour l’heure, ceux-ci restent inconnus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.