L’assurance des flottes automobiles

Si une entreprise possède plus de cinq véhicules, il lui est possible de souscrire un contrat d’assurance pour flotte automobile. Pour les spécialistes de flotauto, cela constitue un point majeur de la gestion d’un parc de véhicules.

L’obligation légale de souscrire à une formule d’assurance

Même si votre parc automobile comporte moins de cinq éléments, vous êtes tenu par la loi d’assurer chacun d’entre eux. La règle est la même que pour les particuliers : aucun véhicule ne peut circuler sans bénéficier d’une responsabilité civile obligatoire.

Selon flotauto, la formule la plus intéressante n’est pas forcément celle dont la franchise est la moins élevée. Quitte à protéger votre parc, autant regarder en détail ce que propose l’assureur. A l’inverse, n’hésitez pas à négocier une franchise décente pour vous si vous avez les statistiques de votre côté.

Les garanties à choisir dépendent de la nature de votre activité, de la longueur et de la récurrence de vos trajets. Certains risques sont parfois très chers à couvrir, mais facilement supportables par l’entreprise en cas d’accident. C’est pourquoi vous avez la possibilité de les supprimer de votre contrat (la garantie bris de glace est un bon exemple).

Assurer son parc : avantages et inconvénients selon flotauto

Pour flotauto, trois inconvénients sont à relever à propos du passage d’un contrat individuel à un contrat de flotte :

  • Fin des bonus : en effet, les parcs de véhicules ne seront plus affectés par le système du bonus/malus (cliquez ici pour en savoir plus) qui récompense les bons conducteurs en pénalisant les mauvais. Le comportement exemplaire de votre entreprise ne sera donc plus un argument pour négocier votre prime.
  • Fin du suivi individuel des véhicules : cela impacte directement la gestion de votre flotte automobile.
  • Base unique de tarification : les cotisations pourront s’avérer différentes selon les véhicules, mais le calcul sera effectué sur une base unique.

Mais il convient de souligner, comme le font les experts de flotauto, qu’autant d’avantages sont à associer à ce changement :

  • Négociation sur le passif : ce sont vos statistiques qui évaluent le montant de votre prime d’assurance. Une société dont les salariés sont prudents sur la route et qui n’a que peu voire pas enregistré d’accidents depuis sa création bénéficiera de tarifs attractifs.
  • Suivi global : la fin du suivi individuel signe aussi le début d’une centralisation de la gestion des formules d’assurance.
  • Intégration de nouveaux véhicules : il est possible à l’entreprise d’ajouter tardivement de nouveaux véhicules au contrat. Si son activité se développe et si elle a besoin d’acquérir de nouveaux biens motorisés, ces derniers pourront ainsi bénéficier des mêmes garanties que les autres.

Calcul des cotisations

Les experts flotauto établissent plusieurs critères qui entrent en compte dans le calcul des cotisations : la zone de garage, l’aire géographique de circulation, le prix à l’état neuf, le coût d’entretien, les performances…

Il est possible d’obtenir une réduction de prime, ou de la voir augmenter selon un coefficient défini par les statistiques relatives aux sinistres. En cas de changement sur une période définie (souvent trois ans), une modification des montants peut alors s’appliquer. Une majoration ou une minoration similaires peuvent survenir si des événements statistiquement anormaux surviennent (visitez ce lien pour plus d’informations).

Pour passer d’une protection individuelle à une protection de flotte, vous devrez en premier lieu établir un historique des sinistres rencontrés. Il vous suffit pour cela de demander à votre assureur le relevé relatif aux contrats.

L’étape suivante consiste à définir logiquement les garanties, les options et les franchises dont vous avez besoin pour protéger votre activité. Enfin, l’idéal est bien sûr de comparer les primes entre les différents prestataires.

Laisser un commentaire